Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)
 Premiers Pas   ...par un bon bouquin 

on n'est jamais déçu...

RECHERCHE :


  Ecrire un article


SESSION :

Ouvrir une session :
Identifiez les nouveaux articles et commentaires, signez les, et plus !
Nom d'utilisateur
Mot de passe


Version  XML 

DISCUSSIONS ACTIVES :
...par TIJI, la chaine pour les tout petits. (1)
... Par les jeux télé (9)
;;; (6)
Seventh heaven (3)
À votre bonne santé ! (1)
On n'est jamais déçu (1)

AILLEURS :
castor : Non mais laissez-moi̴ 3; (0)
castor : Frugivore (2)
castor : Message de l'association des Food trucks de saint Maur des fossés (2)
castor : Mouton Cadet Forever (1)
castor : Cult of Nyan (0)
castor : Simplification des règles du football (0)
castor : Kylie et la vieille France (0)
castor : La politique expliquée par la bière (5)
castor : Profitons de l'actualité (3)
castor : De l'utilité du mot-valise pour déterminer le rapport signal/bruit (0)
Mercredi (29/01/03)

Martin Winckler


Je l'ai découvert comme tout le monde, lorsqu'il a obtenu le prix du Livre Inter pour La Maladie de Sachs, chez POL. Par habitude, je l'ai acheté, mais lorsque j'ai commencé à le lire, j'ai su que j'avais découvert un univers, la marque d'un grand écrivain.
Je ne sais pas pourquoi, certains des livres qu'on lit semblent s'adresser directement à soi ; on pourrait croire qu'ils ont été écrits spécialement à son attention.
Pour ma part, j'ai cette impression avec les livres de Martin Winckler. L'auteur semble me parler, alors que son expérience, ou ce qu'il raconte dans ses romans, ne m'est pas vraiment proche. Ainsi, je ne suis pas médecin, je ne consulte que très exceptionnellement mon docteur, je n'ai rien à voir avec le milieu médical. Pourtant, Bruno Sachs, le héros de la Maladie, m'est devenu très proche : ce que j'éprouve va bien au-delà de ses activités médicales : j'ai pour lui une sorte d'empathie très forte. Je ressens les choses de la même manière, ou en tout cas, j'en ai l'impression.

L'autre livre de Martin Winckler que je place au-dessus du reste c'est "en soignant, en écrivant", un recueil des textes qu'il a écrit au cours de sa carrière de médecin, en particulier dans des revues spécialisées.
Encore une fois, je n'ai pas de lien direct avec l'univers qu'il évoque, mais la profonde humanité de sa réflexion la rend totalement universelle.

Le regard que porte M.W. sur ses congénères est un regard plein d'intérêt, de curiosité, et surtout plein de bonne volonté. Il semble dire : "qui que tu sois, j'ai hâte d'apprendre à te connaître car je suis sûr que tu as beaucoup à m'apporter". Et ce regard, plein d'a-priori positifs, nous tirent vers le haut, nous, ses lecteurs, ses patients...

j'aime beaucoup un certain genre d'écrivains, tendance nihiliste-cracheurs dans la soupe... Leur cynisme et leur révolte me plaît.
Mais je me sens "mieux qu'avant" lorsque je sors d'un livre de Winckler, ce qui est loin d'être le cas après la lecture des auteurs auxquels je faisait allusion plus haut !

Alors si je peux vous conseiller un auteur, qui vous distraira, vous enrichira, vous apprendra des choses sans prendre le ton docte qui va souvent avec, et qui vous fera vous sentir meilleur, plus utile, plus intelligent, allez donc voir du côté de Martin Winckler !

(PS : en plus c'est un érudit en ce qui concerne les séries américaines, il écrit régulièrement dans é?sodes ainsi que dans Génération Séries, et il a publié des ouvrages intelligents sur le sujet, qui vont un peu plus loin - c'est rien de le dire- que les habituels "posters géant de Buffy")...

Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Ecrit par vlg0901, a 22:01 dans la rubrique "...par un bon bouquin".


Mardi (28/01/03)

...par TIJI, la chaine pour les tout petits.


Si certains d'entre vous l'ignorent, sachez que je suis l'heureuse marraine d'une petite tête blonde de trois ans. Or, parmi les joies diverses que procurent le fait d'avoir un filleul, il y a l'incontournable "remplacement de nounou". En ce mardi, jour de grève dans l'éducation nationale, le petit Thomas se retrouvait donc "SEF", sans école fixe ooooooooooooooooooooooooooo et sans nounou non plus, celle-ci étant occupée à garder ses 5 enfants, eux-même dans la nature du fait de la grève des enseignants.
Bien sur, j'ai eu beau objecter à sa mère que si je faisais grève, ce n'était pas pour échanger mes 24 insupportables élèves contre p un k autre du même aw acabit, mmmmmmmmmmm mais il parait que je ne peux pas refuser de garder un enfant que j'ai tenu sur les fonds baptismaux.
De plus, l'animosité de mon amie contre les profs ne demandant qu'à trouver dans ma personne un exutoire, je n'ai pas vraiment eu la possibilité de refuser.

Voilà comment j'ai découvert le canal 91 à la télé : si vous avez le câble, je vous conseille de jeter un coup d'œil. ça s'appelle TIJI, nom à la fois facile à prononcer et à retenir (contrairement à Arte, par exemple) pour un enfant de moins de 6 ans. Un coup d'œil, mais pas plus : j'entame actuellement ma quatrième heure consécutive de TIJI, et j'ai dû aller chercher mon portable afin de vérifier que mes capacités intellectuelles n'ont pas diminuées au point u que je ne sache plus écrire.
La tactique de TIJI est très fine : les dessins animés s'enchaînent les uns à la suite des autres, sans pause ou presque (quelques pubs, mais elle fascinent le jeune auditoire autant que les DA eux-même). Du coup, une fois la télé allumée sur TIJI, il est IMPOSSIBLE de l'éteindre ou de zapper. Lorsqu'à 2 ou 3 reprises, j'ai fait une tentative de ce genre, j'ai déclenché une crise de larmes si virulente qu'il m'a semblé plus simple de remettre TIJI et de laisser le jeune Thomas scotcher devant, successivement, "Merlin le Magichien", "Dora l'exploratrice", "Mona le vampire", "Lm'mours Paddington$";:plpp" mwm mw mw, "Winnie L'oursonv", "Les teletubbies", et je ne sais combien d'autres dessins animés, d'environ un quart d'heure chacun, formatésv sur mesure pour maintenir à son comble l'attention d'un public déjà conquis à l'avance. (si vous vous demandez ce qui signifient ces groupes de lettres incohérents, figurez-vous la curiosité d'un enfant de trois ans face à un magnifique Ibook, qui ressemble un peu à ses légos : "c'est quoi, ça ?" "un W". "et ça ?" "un M." "et ça ?" "un O". Mais là il est bien calmé, c'est Franklin, sa série préférée.) Tiji, c'est la méta-baby sitter, rien ni personne ne peut rivaliser, le petit est comme drogué : calé au fond du meilleur fauteuil, celui qui est bien en face de la télé, un demi petit beurre dans une main, l'œil glauque, la bouche entrouverte, je pourrais partir prendre un pot au soleil et revenir deux heures après, il ne s'en rendrait même pas compte. Par contre, un mouvement de l'adulte vers la télécommande, et c'est l'apocalypse. Du coup, je m'interroge : qu'est-ce qu'ils ont de si bien, ces dessins animés ?
D'abord, c'est le flux continu, le robinet à images : à l'âge de Thomas, (du temps ancien des chaînes hertziennes), j'avais droit à une heure ou deux de récréa 2 le mercredi, et basta. Le reste du temps, je baignais dans ma frustration. Lui, la frustration, il connaît pas : si il parvient à convaincre un adulte de réaliser l'opération un tantinet difficile d'appuyer de manière consécutive sur les touches 9 et 1 de la télécommande, il est sur d'avoir sa dose (et même davantage).
Ensuite, plusieurs épisodes de la même série sont diffusés au cours de la journée : si, comme moi, quelques malades envisagent de se faire un "marathon" TIJI, ils pourront voir jusqu'à 5 ou 6 épisodes différents de Franklin (un enfant tortue abruti, pétri de bons sentiments, rien à voir avec ses cousins les tortues Ninja, croyez-moi) : de quoi devenir accro, surtout quand on est "cœur de cible".
Les séries sont produites spécialement pour cette chaîne : elles répondent toutes à un cahier des charges bien précis : que des bons sentiments, pas du tout de violence, des modèles familiaux bien établis : un papa, une maman, un enfant (parfois deux, mais guère plus), quelques amis, un grand-mère gentille et pas ennuyeuse du tout... bref, de la science fiction à l'usage d'enfants de trois ans ! (j'assiste en ce moment même à une scène d'une si grande mièvrerie que j'en ai les larmes aux yeux : Franklin l'enfant tortue prend dans ses bras un bébé ours -ils ont pas le sens des proportions, les dessinateurs chez TIJI-, qui se trouve être la petite sœur de son meilleur ami Martin. Le jour où vous verrez une tortue et un ours aller à l'école ensemble, pas de panique : soit vous avez fumé la moquette, soit vous êtes sur Tiji).
bo?,,,??,,,,,

Chez Tiji, tout le monde est gentil, (ou alors c'est pour rire), d tout le monde est de bonne volonté, yyy vb et par conséquent, il n'y a rien au monde de plus ennuyeux qu'un dessin animé sur Tiji (si, en fait : une après-midi entière de DA sur Tiji... je suis au bord du suicide. En plus, je loupe Dawson, Urgences, Roswell... Bon sang mais il a pas de parents, ce gosse ?)
loà0à0à0à0àà000àà0

Bon, je sais pasw si vous m'avez suivie :
il
n'est pas évident d'écRire en 00 étant en permanence interrompue par des petites mains qui jouent à éjecter le lecteur cd, oç!88 à !! appuyerr sur toutes les touches, qui postillonnent leurs miettes de petits tttttttttttt LU sur mon écran plasma&,& &&&&&&&&&&&&&, et qui commentent 11 l'apparition de chaque personnage sur l'écran télé (Regarde ! C'est Franklin ! Regarde! C'est Martin!) mmmmmmmmmmmmmmmmmmmm et qui exige une participation active à la conversation...
Allez, si on vous confie à garder un être humain d'âge pré-scolaire, surtout, planquez la télécommande ! et envoyez-le faire la sieste 4 ou 5 heures.g
h u

Lire l'article ! (suite de l'article + 1 commentaires)
Ecrit par vlg0901, a 18:01 dans la rubrique "Premiers Pas".


Vendredi (24/01/03)

;;;


Ce soir, "saga", l'émission de Stéphane Bern, était consacrée à un sujet des plus originaux : l'amour. Mais pas l'amour de n'importe qui (le tien, le mien, le notre...) non, celui des gens célèbres. Oui, l'amour des gens célèbres est meilleur : il contient plus de beaux habits, de belles voitures, de villas en corse et de soirées jet-set.
L'exemple type du couple people à pleurer de rire, c'était Alexandre Anthony (oui oui, le fils de Richard) et sa greluche, Sarah Marshall, petite-fille de Micelle Morgan. Autant vous le dire tout de suite, ces deux là se sont bien trouvés : ils ne disposaient au départ que d'une demi cervelle, à deux ça leur en fait une entière, et c'est cool pour eux.
Ils skient à Gsaadt, (et pendant ce temps là pour moi c'est un week end en Ariège), sortent dans le beau monde (et pas au Macumba Night, si vous voyez ce que je ceux dire), etc...
C'est un peu Barbie et Ken : elle, 40 kilos, blonde à cheveux longs, et le reportage nous apprends qu'elle est "ambassadrice d'une marque de bijoux". Et au ton de la voix du commentaire, on comprend que la marque en question, c'est pas Swatch ni "Leclerc-le manège à bijoux"... quand à lui, il a un petit défaut de prononciation (en clair, on dirait qu'en plus de n'avoir qu'un demi cerveau, il n'a qu'une demie langue...), et possède le faciès assez caractéristique de l'australopithèque. On dirait un peu le chainon manquant entre l'homme et le singe... Avec ça un œil expressif, on dirait qu'il réclame une banane !
Je rappelle (si certains l'ignorent encore) que leur célébrité ne tient pas seulement au fait qu'ils ont un parent ou grand parent connu; non, Sarah est Mannequin, et Alexandre a enregistré un disque (il est donc, de ce fait, musicien).
Mais le plus beau dans tout ça, c'est qu'ils ont connu les joies de la maternité: en effet, Sarah a mis au monde un beau petit garçon, prénommé... Non, là je peux pas... j'en pleure de rire depuis deux heures....Allez, je vous le livre tel quel : Zoltan-Abraham.
Oui,vous avez bien lu.
J'imagine l'institutrice de maternelle, ses petits camarades, même l'employée de mairie qui a fait son acte de naissance...
Zoltan-Abraham....
C'est bien simple, rien que de savoir qu'il existe au monde un gosse nommé Zoltan-Abraham, j'oublie tout. C'est une source inépuisable de joie, je sens qu'à présent je ne serais plus jamais triste, il suffira que je répète cette demie douzaine de syllabe pour sentir une profonde hilarité naître au fond de moi...
Allez, quelques perles issues de leur vie quotidienne :
-"Zoltan-Abraham, tu veux faire pipi au pot ?"
-"Zoltan-Abraham, arrête cette comédie"
-"Zoltan-Abraham, laisse mon chéri, c'est caca !"

Alors voilà, on ne peut pas tout avoir : l'argent, la beauté (ou en tout cas la maigreur et de longues jambes cagneuses), et le sens du ridicule.

Finalement, je suis assez contente d'avoir le sens du ridicule.

Lire l'article ! (suite de l'article + 6 commentaires)
Ecrit par vlg0901, a 00:01 dans la rubrique "Premiers Pas".


... Par les jeux télé


Un bon jeu bien merdique à la télé.
France 2, service public oblige, essaie vainement de renouveler un peu son cheptel de jeux : en effet, "pyramide" et "des chiffres et des lettres", c'est bien mais un peu daté.
Donc, peut-être dans le but (raté, autant le dire de suite) de rajeunir l'audience à cette horaire, voici un nouveau jeu, "la cible", juste après des chiffres et des lettres.
Primo, le présentateur : Olivier Mine. Un brave garçon, propret, genre vieux avant l'âge, qui a hanté avant cela les horaires matinaux de la même chaîne. On ne peut pas l'accuser, contrairement à Boccolini sur la une, d'impertinence, ni d'agressivité vis à vis des candidats; c'est plutôt bien lisse, tout ça... C'est pas non plus "zone rouge", le nouvel opus de Foucault (Jean-Pierre, bien sur, pas celui du pendule), avec les éruptions volcaniques en direct et l'électrocardiogramme utilisé comme accessoire de jeu.
Il faut dire aussi que les candidats sont triés sur le volet : ce ne sont pas les gueules de croque-mort ou d'expert comptable qui jouent aux chiffres et aux lettres, ni les gros beaufs des jeux de TF1, mais de jeunes gens aseptisés, des clones d'Olivier Mine, en somme.
Mais ce qui pêche vraiment, outre l'absence de personnalité tant chez le présentateur que chez les candidats, c'est la totale absence de concept. La règle du jeu ? Cherchez pas, y'a pas. C'est vraiment n'importe quoi. On imagine bien le type à la direction des programmes de Francetelevisions (en un seul mot et au pluriel, ça fait "genre"), qui propose : "moi j'ai un truc super, mieux que Qui veut gagner des millions et le maillon faible réunis ! Je vois Olivier Mine, je vois des candidats "classe moyenne", des instits, des profs de maths...." et les autres en face : "Et pour le jeu, tu vois quoi ?" et le génial inventeur : "ben, je sais pas, moi, un truc avec des chiffres, et des mots ! ça c'est un concept qui a fait ses preuves ! et puis, un peu de culture gé, comme chez Lepers ! ça aussi, ça marche !"
Comme il devait être 17 heures, la réunion s'est terminée, et du coup, voici le principe du jeu :
- il y a des chiffres, et des mots : en effet, le candidat doit prédire à l'avance le nombre de bonnes réponses qu'il est capable de donner sur un sujet quelconque.
- il y a un peu de culture gé : (mais c'est pas le super banco du jeu des mille euros, rassurez-vous) : on demande, par exemple, "trois mots commençant par Y", ou "cinq accessoires présents dans un couteau suisse".
... et c'est tout. Si on ajoute à cela que les candidats gagnent une petite poignée d'euros, un week-end à Madère ou un lecteur DVD, alors que chez Lagaffe, le pire abruti décroche une bagnole à 100 000, on peut conclure en disant que l'intérêt de ce jeu est proche du néant, du zéro absolu. C'est la nullité la plus parfaite, rien n'éveille jamais l'attention du spectateur.

Ceci dit, le spectateur en question s'est endormi à 13h devant Derrick, il a continué son somme pendant des Chiffres et des lettres, il n'a pas vu non plus la pub pour les couches confiance ou la colle à dentier, ni les derniers radiateurs à briques réfléchissantes, du coup il n'a pas zappé non plus !
Finalement, elle est pas mal la stratégie de France 2 pour l'après-midi : l'audimat ne mesure pas (encore) le taux de spectateurs éveillés.

(La Cible, tous les jours à 17H20 sur France 2)

Lire l'article ! (suite de l'article + 9 commentaires)
Ecrit par vlg0901, a 00:01 dans la rubrique "Premiers Pas".


Samedi (13/07/02)

par la télé d'été


C'est bien connu, l'été, tout le monde est à la plage, donc personne ne regarde la télé, donc les chaînes se cassent encore moins la tête que le reste de l'année pour leur programmation.
J'avoue que cette année, il y a un changement notable. Prenez TF1 : d'habitude, c'est "les yeux d'hélène" ou une autre saga estivale bien pourrie, tournée en trois jours mais diffusée sur deux mois, avec rebondissements cousus de fil blanc, du genre "c'est moi ton vrai père" ou bien "les bébés ont été échangés à la naissance"...
Mais cette année, point. Ce qui fait recette, c'est la real-tv : sur M6, vous avez "opération Caraibe" : quatre minettes décérébrées qui observent une bande de post-ado attardés en ruth, le tout sur un bateau que le Phocéa à côté, c'est une barque de pécheur.
Sur la 1, c'est carrément l'explosion : le vendredi, "Koh Lanta" (dégustation de vers blancs à volonté), et le samedi, "l'ile de la tentation", ils sont aussi sur la plage, mais c'est d'un autre type de gros vers blancs qu'il s'agit....
Vous voulez mon avis ? La real-tv, les chaînes adorent parce que c'est pas cher (encore moins qu'un bon vieux "chateau des oliviers") : les acteurs sont pas payés, côté costumes, ils vont pas se ruiner (un maillot de bain, même Hermès, c'est pas la ruine), et pour le décor : fastoche ! on vous largue sur une plage (ou un bateau) et voilà ! le loyer de la bande de sable, c'est quand même pas celui d'un loft en plein Paris !
En bref, si vous avez envie de voir un défilé permanent de maillots de bains, allumez la télé ! (ou foncez plutôt à la plage)

Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Ecrit par vlg0901, a 19:07 dans la rubrique "Premiers Pas".


Mardi (02/04/02)

Pigeot


Les pubs pour les bagnoles, ça flatte rarement la part de profonde humanité que chacun porte en soi, mais là, y'en a une qui atteint des sommet dans la bassesse , c'est celle pour la peugeot 307.
En gros, le message est le suivant : quand vous êtes au volant de cette voiture super puissante, tous les piétons autour de vous sont des proies. Avec 8000 morts par an sur les routes, je me demande si on avait besoin de ça !
Je vous brosse le tableau : la voiture (noire, vitre teintées tellement foncées, on dirait des lunettes de ski) roule, et les piétons qu'elle croise se sente menacés par cette voiture comme, au choix, des otaries, des singes, des petits mammifères, le seraient par un fauve. Donc, ils se jettent à l'eau, s'écartent de la route, bref, ils s'enfuient... Sauf bien sur une belle pépé bien roulée, qui vient se frotter à la voiture : le tigre a trouvé sa tigresse.
Du coup, le gros beauf qui va acheter cette caisse, si il a envie de foncer sur les piétons qui traversent au rouge, faudra pas se demander où il a chopé l'idée...

Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Ecrit par vlg0901, a 22:04 dans la rubrique "Premiers Pas".


Lundi (18/03/02)

Seventh heaven


En général, on n'est jamais déçu par une bonne série télé. Moi par exemple, qui suis fan de Friends, Ally Mcbeal, Urgences, et autres Bobby Donnell, il y a une série dont je guettais la réapparition dans le PAF pour rigoler un bon coup : seven heaven, "7 à la maiuson" en français. Cette série était diffusée à l'origine en début de soirée (voire en fin d'aprem) le dimanche, à l'heure ou les enfants sages ont fini leurs devoirs, et ou chacun va prendre son bain à tour de role avant de passer à table...
Bref, ça c'estait avant, y'avait une cohérence. Maintenant, c'est tous les jours à la place de Meelrose Place. Or c'est carrément un autre monde : c'est simple, dans Melrose, tous le monde est méchant, dans ''7...", c'est out le contraire.
Je vous brosse le tableau : le père, le Révérend Campden, un pasteur, donc, sa femme (mere au foyer, évidemment) et leurs 5 enfants : Matt, l'ainé, adolescent muni d'un permi de conduire, d'un attrait irrepressible auprès de ses camarades de lycées, et d'une gentillesse totalement pathologique. En effet, si vous connaissez un seul ado de 16-17 ans qui accompagne et va chercher sa soeur au lycée, se fait du soucis pour elle quand elle fait la gueule et en parle avec ses parents, puis trouve le temps de s'occuper des problemes scolaires de son petit frere, et enfin invite la meilleure amie de son auter soeur de 12 ans à une fete à l'école, faites-moi signe ! Moi, j'appelle Jean Paul II de suite pour sa canonisation !
Ensuite, il y a Mary, la "grande fille qui devient une femme au desespoir de son papa, mais qui fait quand meme des calins avec ses parents à chaque fin d'épisode", puis Lucy, la peste de 12 piges avec une voix nasillarde et haut perché qui vous vrille les tympans chaque fois qu'elle ouvre le bec. Ajoutons qu'elle pousse sa meilleure amie qui a fait une fugue à se confier à ses parents. Bref, encore une extra terrestre. L'autre garçon, Simon, +ou- 11 ans, incarne à lui tout seul l'image de marque du shampoing "timotei" : des cheveux bloncs, brillants, assez longs pour qu'il puisse faire quelques mouvements de tete style Claudia Shiffer... Lui aussi ne semble pas très normal : il est super bon en classe, s'occupe de sa petite soeur, avoue toutes ses betises à ses parents...
Et enfin, Ruthie, la petite dernière, qu'on appelle "Rosie" dans la VF : elle semble être à la maternelle, mais elle a le vocabulaire d'une normalienne. Bien sure, cela n'inquiete personne.
Bref, vous l'avez compris : si chez vous, votre soeur vous sortait de sa chambre à coup de pieds, et si votre frere s'enfermait dans le garage pour fumer des joints avec ses potes et vous tordait le poignet en vous interdisant d'en dire mot à vos parents, cette série est pour vous. Quand vous les aurez vus 2-3 fois se serrer dans leurs bras, se dire des gentillesses, accepter sans broncher 8 leçons de morales par épisodes, vous regretterez votre famille tape dure.
D'ailleurs, ma soeur et moi, on a surnommé cette sitcom "Bons Sentiments", c'est dire si ça dégouline...

Lire l'article ! (suite de l'article + 3 commentaires)
Ecrit par vlg0901, a 19:03 dans la rubrique "Premiers Pas".


Samedi (16/03/02)

À votre bonne santé !


Je ne sais pas si vous connaissez l'émmission de début d'aprem le samedi sur France 2 : "savoir plus santé". C'est le programme type de "remplissage de grille". ça doit être regardé par quelques mamies endormies (qui pensent qu'elles dorment devant Derrick), quelques hypocondriaques, et deux ou trois étudiants en medecines, qui imaginent que c'est mieux que de réviser leurs QCM...
Donc, devant le peu de benef que ça rapporte à la chaine, c'est fait avec 2 bouts de ficelles : les présentateurs sont aussi sexy que des candisdats aux chiffres et aux lettres de Juin 1976, ils cuisinent à tour de rôle un "specialiste", le docteur Truc, qui est à Doug Ross ce que Line Renaud est à Adriana Karembeu. Alors le specialiste s'empare d'un sujet passionnant, aujourd'hui : les maladies de la thyroide. Donc, du coup, les réalisateurs de l'emmission, ils se sont dit : il faut adapter notre décor à la thématique. (oui parce que sans ça, on dirait que c'est tourné dans un garage aux murs blanchis à la chaux...) Alors pour faire dans le thème "thyroide", ils avaient disposés partout des têtes genres "têtes à coiffer", j'avais la même quand j'avais 4 ans, et ils leur avaient collé au niveau du cou des papillons en tissus (ceux qu'on coud sur les robes des petites filles quand elles ont fait un trou.), ça faisait genre "la thyroide est une glande qui se trouve dans le cou et qui a la forme d'un papillon, donc mettons des faux papillons sur les cous de poupées, ça nous fera des images de thyroide à pas cher..."
Si j'ajouté à ça les fréquentes interventions du standard SVP, franchement, j'ai l'impréssion de retomber 20 ans en arrière... C'est vrai, SVP, j'avais pas vu ça depuis ma toute petite enfance, j'étais sure que ça n'existait plus ! et ben si, pour "savoir plus santé", ils nous l'ont ressorti... allez, je crois que je vais aller voir un concert ce soir, parce que la télé du week end, c'est vraiment des fonds de tiroirs...

Lire l'article ! (suite de l'article + 1 commentaires)
Ecrit par vlg0901, a 14:03 dans la rubrique "Premiers Pas".


Vendredi (15/03/02)

On n'est jamais déçu


Voilà, il y a trois jour j'ignorai ce qu'était un joueb (ou blog), maintenant j'en ai un à moi... J'ai l'intention de parler ici de la télé, car c'est par elle qu'on n'est japais déçu.
Bien sur, il ne s'agit pas de chroniques télé bien élaborée à la Guy Carlier : je n'ai ni sa verve ni son humour.
Mais il y a des fois où on voudrait fracasser le tube cathodique à coup de fer à repasser (c'est l'objet contondant le plus lourd que j'ai sous la main.)
Alors plutot que de bousiller ma télé à 4000 (pas euros, francs, quand meme), je viendrai me soulager ici.
Comme je le disais, ce qui est bien avec la télé, c'est qu'on n'est jamais déçu, quel que soit le type d'emission, y'a toujours quelque chose à se mettre sous la dent. Rien qu'avec les pubs, on pourrait y passer la soirée. Allez, par exemple, vous avez vu celle pour les "briques rayonnantes" machin ? ça commence à la belle étoile, un père et son fils s'apprètent à passer la nuit dans un duvet près d'un feu de camp (on est à mi-chemin entre la pub Herta -le bonheur des choses simples- et certain épisode de McGyver, période "retour à la nature" avec son grand père...). On s'attend donc à beaucoup de chose à ce moment là, mais pas à ça : "les briques rayonnantes, ça me rappelle les nuits au coin du feu..." Et le type d'ajouter que, même quand le feu est éteint, ça rayonne toujours. Sa connerie, c'est pareil : même éteinte, elle rayonne toujours...

Lire l'article ! (suite de l'article + 1 commentaires)
Ecrit par vlg0901, a 23:03 dans la rubrique "Premiers Pas".


BLABLA :

: adjuring Weller mark domineering repair Yorker ... Thanks!!!
: Lac campfire:Aryans swagger astrophysical healthiness utilizes wriggling behest:
: answers odiously physician welcoming grindstone filename?stageco aches tally:Sutton!
: ignorance inalterable budges Muscat inch,religious rabbit!tasteful
: rake?terrace gayness relishes redo reject ascribed fetters!
: prorate.points!t rip jots probated:shipwre cks escorts Ira pronouncements
: evinces communicator buses evermore Africanizing disconcertingly? rugs
: waltzes.hi,ventu rer coed limbo Californian
: photocopied Odyssey Xeroxes baron assistantships:w ags hundreds?monochr ome harmonize
: trigrams incubates systematize momentariness early:recomputin g combers faints!
: needless?magic captives pleas biomedicine quickens purveyor?cormora nt boom
: retirement Robert characterizing coercion romp!- Tons of interesdting stuff!!!

Réagir
Nom
Adresse web